Anti-racisme et inclusion

Be.One est partisan de l’égalité des droits, sans complexes et sans restriction aucune. Le racisme doit être combattu de manière active à tous les échelons. L’islamophobie est pour nous un racisme à part entière, mû par les mêmes intentions, appliquant les mêmes méthodes et ayant les mêmes conséquences que n’importe quelle autre forme de rejet de l’autre. Nous nous opposons également à la pression assimilationniste qui est aujourd’hui omniprésente au sein de la société. A quelque niveau que ce soit, le paternalisme doit céder la place à l’inclusion totale et à l’égalité radicale. Notre message aux citoyens et aux enfants issus de l’immigration est clair : votre identité multiple est une grande richesse, tant pour vous-mêmes que pour la société tout entière. C’est pour cela que nous souhaitons instaurer de façon prioritaire :

  • Des quotas concernant l’emploi de personnes issues de l’immigration dans les institutions publiques, telles que les ministères, les communes, les CPAS, l’armée et la police, mais également dans le secteur de la santé et dans les entreprises (semi-)publiques, comme la SNCB ou B-Post. Ces quotas seront maintenus aussi longtemps que la composition du monde du travail ne reflétera pas la diversité ethnoculturelle de la société.
  • L’accès aux marchés publics réservé aux seules entreprises qui appliquent également des quotas au niveau interne.
  • Des programmes d’ « affirmative actions » (discrimination positive) négociés avec le secteur privé.
  • Le renforcement des programmes d’ « affirmative actions » dans les secteurs marchands et non marchands.
  • Un service d’inspection général visant à lutter contre la discrimination et le racisme Son champ d’action concernera le marché du travail, le domaine du logement, l’école, ainsi que dans d’autres secteurs comme le sport et les loisirs.
  • Un service d’inspection spécialisé pour contrer la violence gratuite et le racisme au sein des services de police. Son objectif sera triple : monitorer, documenter et élaborer des stratégies visant à lutter contre ce type de pratiques, en associant étroitement la société civile à son action.
  • Une interculturalité approfondie dans le domaine de l’éducation, ceci tant au niveau de la formation des enseignants, que de leur recrutement et de leur travail quotidien. Nous devons offrir aux enseignants les moyens d’acquérir les connaissances et compétences nécessaires à l’application d’une égalité radicale en classe. Le multiculturalisme et le multilinguisme ne devront plus être considérés comme un problème, mais plutôt comme une force et un atout.
  • Une interculturalité extensive dans le secteur de la santé, pour que les psychologues et le personnel des établissements de soins connaissent davantage le contexte culturel de leurs patients et en tiennent compte, de façon à pouvoir répondre au mieux à leurs besoins.
  • Enfin, nous nous opposons fermement aux lois récemment votées et aux propositions de loi qui visent à instaurer une différence de traitement entre, d’une part, les citoyens qui ont uniquement la nationalité belge et, d’autre part, les binationaux et les personnes nées en Belgique qui n’ont pas la nationalité belge. Nous voulons donc supprimer la loi sur la déchéance de nationalité, rétablir la protection consulaire pour les binationaux et mettre fin aux déportations des personnes nées en Belgique mais qui ne disposent pas de la nationalité belge.