Environnement

Le changement climatique menace la vie et les moyens de subsistance de centaines de millions de personnes à travers le monde. Nous reconnaissons les limites biophysiques de l’écosystème. Il en résulte que la poursuite de la croissance économique dans les pays riches est incompatible avec l’idée d’un avenir durable.

Les pays industrialisés, comme la Belgique, ont le devoir d’opérer une transition écologique radicale. Nous devons révolutionner notre consommation énergétique et de matières premières, ainsi que nos moyens de déplacement. Le respect des limites écologiques est également la seule façon de permettre à la majorité pauvre du monde de rattraper son retard économique.

Les pays riches devront tendre vers l’autosuffisance, ainsi qu’amorcer une dynamique de redistribution de la richesse et du travail. La transition écologique est l’affaire de tous. Elle requiert un investissement individuel des citoyens, mais aussi et surtout des gouvernements et des grandes entreprises.

Les élus nationaux et européens doivent faire usage de l’arsenal de moyens légaux et fiscaux à leur disposition pour obliger les grandes entreprises à s’inscrire dans la transition écologique. Nous devons également permettre aux citoyens de se convertir à un mode de vie durable, en apportant notamment une aide en ce sens aux personnes à faibles revenus. Pour l’ensemble de ces raisons, nous souhaitons:

Introduire la reconnaissance des droits de la Nature dans la Constitution ...

A l’instar de ce qu’a fait la Bolivie en 2008, introduire la reconnaissance des droits de la Nature dans la Constitution belge et par le biais d’un traité européen.

Ceci induit l’interdiction de prélever davantage sur la nature que ce qu’elle peut reconstituer et de produire plus que ce qu’elle peut supporter.

Grâce à cette reconnaissance constitutionnelle des droits de la Nature, toute action publique ou privée engendrant une détérioration supplémentaire de l’environnement pourra donc être légalement empêchée.

Sécuriser davantage le déplacement des cyclistes et des autres usagers de transports écologiques ...

Exemple: par le développement des pistes cyclables).

Interdire les produits phytosanitaires lorsqu'il existe des études scientifiques sérieuses démontrant leur dangerosité ...

 pour la santé et/ou l’environnement (exemples : le bisphénol-A, le glyphosate, les néonicotinoïdes, etc.).

Lancer un vaste plan national de transition énergétique ...

visant à atteindre un niveau de 100 % d’énergies renouvelables d’ici à 2050.

Repenser nos modes de pêche au niveau européen ...

et promouvoir une politique de gestion responsable des océans au niveau international.

Préserver la biodiversité en Belgique, en intégrant un plus grand nombre de zones protégées au réseau Natura 2000 ...

et en remédiant de manière active au déclin de certaines espèces animales et végétales.

Lutter contre l’obsolescence programmée ...

 en obligeant les fabricants à rallonger la durée de garantie légale de leurs produits.

Encourager la diminution de la consommation de viande …

La mise en place d’une politique incitant à manger moins de viande est indispensable pour réduire notre empreinte écologique.

Développer le réseau d’espaces verts dans les villes ...

 et reconnaître leur caractère indispensable à la qualité de vie des habitants.

Introduire une taxe écologique sur les produits multipliant inutilement les emballages ...

ou ceux pour lesquels un emballage est objectivement superflu.

Proposer des alternatives crédibles à la voiture ...

C’est-à-dire (re)développer le réseau ferroviaire belge, augmenter l’offre de transports publics et encourager les modes de transports écologiques.

Share This